Traiter les poches malaires à Paris 8 - Dr Hayot, chirurgien esthétique

Traitement de la poche malaire

Ces poches sont très particulières et plus délicates à enlever que les poches graisseuses. Elles sont situées en haut des pommettes, plus bas que les poches classiques, et donnent un aspect double poche qui vieillit le visage.

Prendre Rendez-vous

Dr Hayot, chirurgien et médecin esthétique à Paris 8

Le Mot du Dr Hayot

« Pour les chirurgiens de la paupière, les poches malaires sont difficiles à traiter car on ne connaît pas bien le mécanisme de leur formation. Plusieurs facteurs sont probablement en cause : œdème lié à une petite inflammation de la membrane (périoste) de l’os malaire, stase lymphatique, feston musculaire dû au relâchement du muscle orbiculaire.

Si la poche est modérée, des traitements médicaux peuvent donner de bons résultats. Dans les formes prononcées, une intervention chirurgicale est nécessaire. Elle associe un lifting sous-palpébral pour remettre en tension l’excédent musculaire à un lipofilling de la pommette pour combler le creux qui participe très souvent à la saillie de la poche malaire. »

Indications

Les poches malaires sont localisées en bas des cernes. Elles se présentent comme des boursouflures au niveau de la pommette, en dessous de la paupière inférieure. Elles sont constituées de lymphe (et non de graisse) et se forment souvent à la suite de l’affaissement du muscle orbiculaire, lequel peut être associé à une fonte graisseuse de la pommette qui ne soutient plus alors ce muscle.

Présentation de la technique

Dans les formes modérées

Le Dr Hayot préconise un traitement médical pour dégonfler les poches :

  • l’injection de cortisone retard sur le périoste peut agir sur la composante inflammatoire de la poche malaire ;
  • l’injection de hyaluronidase peut réduire l’œdème de façon significative.

Parfois, en restituant le volume sous-malaire via une injection d’acide hyaluronique, on parvient à rendre les poches moins visibles.

Ces options médicales peuvent donner de bons résultats et permettre de différer le traitement chirurgical de la poche malaire.

Dans les formes prononcées

L’intervention chirurgicale est plus lourde que l’ablation des poches de graisse. Elle associe un lifting sous-palpébral visant à refixer le muscle et une lipostructure pour combler le creux sous-malaire qui participe très souvent à la poche malaire.

L’incision au bistouri laser est réalisée au ras des cils. Le lifting sous-musculaire remet la zone en tension en raccrochant l’excédent musculaire à l’os. En complément, le Dr Hayot réalise un lipofilling de la pommette (injection de graisse prélevée dans le genou ou l’abdomen du patient) pour restaurer leur volume et assurer un bon soutien des tissus.

Déroulement de l’intervention

Renseignements pratiques

  • Anesthésie : locale potentialisée (neuroleptanalgésie) ou générale
  • Durée de l’intervention : environ 1h30
  • Hospitalisation : ambulatoire
  • Désocialisation : 15 à 20 jours

Le geste, délicat, exige une parfaite connaissance des structures de l’œil et une maîtrise du processus d’incision au bistouri laser.

  • Vous arrivez le matin de l’intervention, à jeun depuis 8 heures.
  • Une anesthésie générale ou une neuroleptanalgésie (anesthésie locale profonde) est pratiquée.
  • Le chirurgien incise au ras de la paupière inférieure et pratique un lifting en profondeur pour retendre les tissus et remonter le muscle afin de l’ancrer de nouveau à l’os.
  • Une microlipostructure permet de restituer le volume du haut de la pommette voire de la paupière inférieure (cernes). Une petite quantité de graisse est prélevée sur le patient (dans l’abdomen, à l’intérieur des genoux). Elle est rincée, nettoyée, défibrosée puis injectée dans la pommette à l’aide d’une microcanule.

Avantages de la technique

  • Une remise en tension naturelle du muscle.
  • La cicatrice, située dans le bord ciliaire et sortant dans une ride de la patte d’oie, est pratiquement invisible

Les résultats du traitement de la poche malaire

Les suites sont assez importantes en raison du décollement musculaire. Le gonflement et les bleus peuvent persister une bonne quinzaine de jours.

Quelles sont les précautions à prendre pour un traitement de la poche malaire ?

Comme pour toute intervention, le lifting sous-palpébral et le lipofilling associé nécessitent de prendre quelques précautions.

Avant l’intervention

  • Une visite chez l’anesthésiste est obligatoire au moins 48 heures avant l’opération afin de confirmer sa faisabilité. Le patient doit être muni des résultats d’analyses sanguines demandées par l’anesthésiste en vue d’une chirurgie.
  • Les traitements anticoagulants (dont l’aspirine) fluidifient le sang et augmentent la probabilité de présenter des hématomes. Le praticien vous indiquera la marche à suivre (ils doivent si possible être interrompus une à deux semaines avant l’opération).
  • Il est conseillé de se procurer les médicaments prescrits en amont de l’intervention (collyre contre la sécheresse oculaire, notamment) pour en disposer dès la sortie de clinique.
  • Le patient doit être à jeun depuis au moins 8 heures avant de descendre au bloc opératoire.

Après l’intervention

Le chirurgien vous donnera des recommandations pour les jours qui suivent l’intervention.

Les consultations postopératoires ont lieu le lendemain de l’intervention, puis le 6e jour pour enlever les fils, puis 1 mois après.

  • Les œdèmes et les ecchymoses durent 15 à 20 jours.
  • Les collyres prescrits préviennent les irritations de la cornée, la sensation d’œil sec et le risque de conjonctivite.
  • Appliquer des compresses glacées limite les œdèmes postopératoires et apaise la gêne due au gonflement de la paupière inférieure.
  • Le port de bas de contention peut être conseillé dans les premiers jours si vous souffrez de problèmes de circulation sanguine.
  • Ne vous exposez pas au soleil et ne faites pas de séances UV pendant 3 semaines.
  • Ne vous maquillez pas jusqu’à l’ablation des fils (entre le 6e et le 8e jour).

Effets secondaires

Le lifting musculaire sous-palpébral, réalisé pour supprimer des poches malaires, est une intervention délicate. La remise en tension du muscle orbiculaire, indispensable pour traiter la ptôse responsable des poches, doit être parfaite pour ne pas léser les terminaisons nerveuses et le muscle et risquer un ectropion postopératoire (relâchement de la paupière inférieure). Le chirurgien doit maîtriser le bistouri laser pour inciser précisément sur le bord ciliaire. La peau excédentaire doit être enlevée de façon mesurée pour ne pas déformer l’œil et risquer un œil rond.

Du fait de sa complexité, ce lifting doit être pratiqué par un chirurgien chevronné. Demandez l’avis du Dr Hayot, spécialiste de la chirurgie des paupières à Paris.

Combien coûte un traitement de la poche malaire?

Le coût varie en fonction du travail requis pour remettre en tension le muscle orbiculaire et des comblements nécessaires (microlipostructure). Un devis précis vous sera remis après un examen attentif. Il comprend les honoraires du chirurgien et de l’anesthésiste, ainsi que les frais hospitaliers.

Les actes de chirurgie esthétique ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale.

Pour vous informer et obtenir un devis précis, contactez le Docteur Hayot !

Commentaires

Laissez un commentaire et le Dr Bernard Hayot vous répondra au plus vite